Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Dimanche 23 Juillet 2017 / 29 Tammuz 5777
Abonnement Gratuit aux Newsletters




  Monde arabo-musulman
Numéro 1202 - 11.03.2013 - 29 AdarI 5773 

Quand le cinéma arabe s'intéresse aux juifs
par Benjamin Fredj
Deux sociétés de cinéma –l'une égyptienne, l'autre qatari- lancent aujourd'hui des productions centrées sur les communautés juives qui vivaient autrefois dans le monde arabe.

Amir Ramsès, un cinéaste égyptien, a réalisé un documentaire intitulé "Juifs d'Egypte", qui devrait sortir dans les salles de cinéma du Caire dans les jours à venir.
Dans le même temps, une société qatarie le tournage d'une série télévisée de plusieurs millions de dollars le mois prochain, pour commémorer le massacre des Juifs en Arabie Saoudite au 7e siècle.

Le site Web de la société égyptienne déclare que le documentaire montre comment vivaient les Juifs d'Egypte dans la première moitié du 20ème siècle, et examine "à travers les yeux des égyptiens, comment les juifs d'Egypte sont passés du statut de partenaires à celui d'ennemis dans le même pays."

Bien qu'il reste peu de juifs en Egypte aujourd'hui, les recherches et le tournage de Ramsès ont duré trois ans.
Il explique son intérêt pour le sujet se disant dévoré depuis une dizaine d'année par la recherche de la définition de l'identité égyptienne.
Dans un contexte ou juifs et chrétiens sont marginalisés par la communauté musulmane, Ramsès souhaitait observait les changements ayant conduit à la situation d'aujourd'hui.

Le film se concentre sur l'impact de plusieurs événements importants: la création d'Israël en 1948, la révolution égyptienne de 1952, la guerre de 1956 (qui a opposé l'Egypte à Israël, la Grande-Bretagne et la France).
On peut y voir des entretiens avec des juifs égyptiens, un sociologue, et un membre des Frères musulmans impliqué dans l'attaque de commerces juifs en 1947.

"Nous sommes dans un pays très sombre; la société égyptienne est devenue préventivement raciste. Ils craignent et évitent "l'autre" jusqu'à preuve du contraire", a déclaré dans une interview Ramsès Ahram.
"Si le film suscite le débat, ou stimule la discussion ? Eh bien, c'est une des raisons principales qui m'ont poussées à le faire."
Ramsès se décrit comme un laïc, contre l'idée d'un Etat religieux quelle que soit la religion, et cherchant à souligner la distinction entre judaïsme et sionisme.

La série qatarienne, elle, va s'appeler Khaybar, elle est basée sur "un scénario écrit par Yusri Al-Jindy, un écrivain égyptien qui a déjà représenté les israéliens et les juifs comme des sauvages assoiffés de sang" affirme un article de l'ADL (Anti-Defamation League).

Selon l'ADL, Al Jazeera décrit la série comme "le film le plus important de la lutte entre juifs et musulmans.
Les musulmans scandent toujours le nom de la ville de Khaybar lors de rassemblements contre Israël, car il rappelle une sévère défaite pour les Juifs qui vivaient dans la péninsule arabique à l'époque de Mahomet."
La ville a en effet été le théâtre de massacres de juifs tristement célèbres.
L'ADL craint que la série ne "renforce la déshumanisation des Juifs dans le monde arabe."
La Bataille de Khaybar (ou Khaïbar) a opposé (628-629), Mahomet et ses fidèles aux Juifs vivant dans l'oasis de Khaybar, située à 150 kilomètres de l'actuelle Médine.
La ville était assez riche, bien fortifiée et majoritairement peuplée de juifs avant cette expédition, qui devint dans la mythologie musulmane le symbole de la victoire sur les juifs.
Ceux-ci, vaincus, durent payer une rançon à Mahomet et leurs principaux chefs (notamment ceux de la tribu juive des Banu Nadir) ont été décapités.

De lourdes taxes furent imposées aux juifs qui continuaient à vivre dans l'oasis – un précédent qui conduit à la création d'un impôt spécial pour les non musulmans, les dhimmis, en terre d'Islam –tout comme la confiscation des terres des non-musulmans.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)